Aumônerie catholique Janson de Sailly Delacroix

Semaine sainte confinée

mardi 7 avril 2020

Triduum pascal 2020

Jeudi saint 9 avril 2020
Le lavement des pieds

Méditation contemplative
Chers lycéens et chers amis de l’aumônerie,
Je vous propose une Méditation contemplative pour redécouvrir le lavement des pieds, ce geste si important que Jésus fait le Jeudi saint, avant de célébrer l’Eucharistie. C’est une méditation d’un passage de l’Evangile, mais tu vas avoir recours à tout ton esprit : ton imagination, ton intelligence et ta volonté. Car le Seigneur parle au plus profond de ton cœur, mais pour l’entendre, c’est essentiel d’éveiller toutes tes facultés spirituelles.
Sois bien attentif, prend ton temps pour regarder et ressentir intérieurement ce qui se passe, car le Seigneur a des choses à te dire. Lis d’abord le texte.

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (13,1-15)
Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer,
Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous ». Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. »
Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. Amen, amen, je vous le dis : un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie. Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites ».

1 Imagine la salle où, ce soir, Jésus se réunit avec ses disciples. Regarde, tout est prêt ; regarde les tapis, les tables, les lampes allumées, les plats posés sur les tables, les bancs, les lits et les chaises pour s’installer. Imagine les couleurs, la lumière.

2 Regarde ce qui se passe. Reste quelques instants sur chaque moment du récit. Regarde Jésus déposer son vêtement et prendre de l’eau et un bassin ; regarde Jésus laver les pieds des disciples ; regarde et écoute le dialogue avec Simon-Pierre ; regarde Jésus reprendre son vêtement. Quel geste te marque ? Quelle phrase t’impressionne ? Quelle attitude te touche ou t’inquiète ? Qu’est-ce que tu comprends ?

3 Regarde tous ceux qui sont là. Cherche à ressentir ce que ressentent les apôtres… les autres disciples… Jésus… Essaye d’identifier le personnage de qui tu te sens la plus proche.

4 Rassemble ce que tu as perçu. Qu’est-ce que tu as compris ? Qu’est-ce que cette implication dans le récit a produit ? Quelle impression ou quelle certitude domine en toi ? Quel désir, quel refus, quel élan de l’âme t’habite : de la joie ou de la tristesse… de la paix ou une attente… une inquiétude ou un étonnement… de la gratitude ou de l’admiration… Note bien ce que tu as perçu ou ce qui s’est approfondi en toi.

Le récit de la Cène, la première Eucharistie
Grâce au récit de la Cène, nous savons ce qui se passait en Jésus avant sa mort. Il fit le geste de se mettre tout entier dans le pain qui partagea et de passer la coupe avec le vin d’une vie qui allait se répandre jusqu’à la dernière goutte. Ce geste et ces paroles nous font pénétrer le mystère d’une volonté de remise de soi : personne ne peut lui arracher la vie, c’est lui qui l’a remet volontairement.
Cela nous invite à faire de la remise de soi un style de vie, un chemin pour le suivre, un appel péremptoire à échapper à la spirale de la convoitise pour entrer dans la danse de la vie qu’on ne retient pas, dans l’étrange joie de souffrir et de se donner, de se décarcasser, de remettre tout ce qu’on est et possède. Nous pourrions visualiser le geste de l’offertoire : les servants d’autel ou des fidèles apportent au prêtre les coupelles d’hostie, puis le calice et le vin ; le prêtre, à l’autel, les reçoit et, levant vers le ciel, les offre à Dieu le Père.
Nous pourrions visualiser au ralenti ces gestes, avec tous ce qu’ils impliquent de désappropriation, de désintéressement, de disponibilité, d’effort pour libérer nos mains de leur possessivité… Et observer les résistances que nous avons à offrir notre temps, nos forces, notre attention, nos jours de repos…
« Sans Eucharistie, nous ne pourrions vivre », disaient les premiers chrétiens, convaincus d’avoir besoin d’un aliment de vie qui viendrait de l’extérieur d’eux-mêmes, révélant par là une attitude aux antipodes de l’autosuffisance et de la dispersion. La communion, c’est désirer recevoir Jésus spirituellement, désirer nous mettre en accord avec Jésus, en grandissant en affinité avec lui.
Sœur Dolores Alexandre, Baptisés dans le feu, Lessius, 2015, p. 78

Vendredi saint 10 avril 2020
CHEMIN DE CROIX

Chers lycéens et chers amis de l’aumônerie,
je vous propose une médiation pour vivre ensemble le chemin de Croix.
Ce Vendredi Saint, nous voulons rejoindre le Christ dans ces moments douloureux ;
nous voulons le rejoindre dans ces heures où il a souffert pour nous jusqu’à la mort.
Fidèles à notre baptême, nous lui apporterons la souffrance du monde,
et lui donnera au monde Sa paix.

1ère station Jésus est condamné à mort
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Jean 19,13-16. « C’était le jour de la préparation de la Pâque, vers la sixième heure. Pilate dit aux juifs : « Voici votre roi ! » Mais ils se mirent à crier : « A mort ! A mort ! Crucifie-le ! » Pilate reprit : « Me faut-il crucifier votre roi ? » Les grands prêtres répondirent : « Nous n’avons pas d’autre roi que César » C’est alors qu’il le leur livra pour être crucifié ».

JPEG - 2.9 Mo

Ils sont là, réunis au palais du procurateur de Judée en ce matin d’avril : il y a Jésus, l’homme des Béatitudes ; il y a Pilate, le haut fonctionnaire romain, dont l’intelligence est depuis longtemps au service du pouvoir ; il y a les grands prêtres du peuple juif, que ce Jésus inquiète : leur autorité est remise en cause par ses paroles et ses discours. Les grands prêtres pourraient lire les Ecritures, ils pourraient chercher la vérité ; mais ils préfèrent éliminer rapidement le message et le messager.
Il faut pour cela se soumettre à la logique de César : ils le font, ils accusent Jésus, ils demandent sa mort et Pilate leur livre Jésus pour qu’il soit crucifié.
Nous désirons porter « un message qui donne sens à la vie ». Qui voudrait vivre dans l’erreur ? Qui voudrait d’une vie absurde ? Mais la logique de notre vie n’est pas toujours lumineuse : nous avons négligé le chemin de la connaissance, nous n’avons pas écouté la Vérité de l’Evangile.
Mais le Christ est là, Lumière des nations !
Que sa lumière éclaire nos intelligences ! Que sa Vérité réjouisse et libère nos cœurs !
Confions au Seigneur ceux qui cherchent la Vérité ;
Confions au Seigneur ceux qui sont prisonniers de l’erreur ;
Confions au Seigneur ceux qui ont préféré les nourritures superficielles au sel de l’Evangile. O Seigneur, écoute et prends pitié !

2ème station Jésus est chargé de sa croix
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Jean 19,17-18. « Ils se saisirent donc de Jésus. Portant lui-même sa croix, Jésus sortit et gagna le lieu-dit du Crâne, qu’en hébreu on appelle Golgotha ».

JPEG - 3.6 Mo

Jésus est chargé de sa croix. Ce morceau de poids lui meurtrit les épaules et lui entaille la peau. Mais Jésus avance, entouré de gardes et d’une multitude de gens. Dans le cortège il y les deux malfaiteurs condamnés à mort comme lui. Il y a les grands prêtres, les scribes et les anciens. On entend des pleurs et des rires, des cris et des moqueries. C’est pour eux que le Christ porte la Croix.
Ce sont aussi nos péchés que le Christ porte : il porte ce poids de poussière et cet amas de fautes, il porte ces paroles et ces gestes violents, ces manques d’amour et ces compromissions, il porte ces indifférences et cette insouciance coupable, cette paresse et cet égoïsme, il porte cet orgueil et ces jugements, tout ce qui abime nos âmes, tout ce qui nous ligote.
Car il est l’Agneau de Dieu ! Il a fait de sa vie un autel, il a fait de sa mort une offrande, son Amour nous libèrera de nos péchés !
Confions au Seigneur ceux qui sont courbés sous le poids de leurs fautes.
Confions au Seigneur ceux qui ont besoin du pardon de Dieu, et qui hésitent.
Confions au Seigneur tous les pécheurs.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

3ème station Jésus tombe pour la première fois
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

Du livre du prophète Isaïe 53,2…4. « Devant Dieu, le serviteur a poussé comme une plante chétive, une racine dans une terre aride. Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face. »

JPEG - 3.4 Mo

Fatigué, écrasé, Jésus tombe sous le poids de la Croix. Les cris hostiles l’entourent. Mais dans son cœur résonnent les paroles d’Isaïe. 540 avant le Christ, le prophète annonçait un Serviteur souffrant, envoyé par Dieu, qui sauverait le peuple par ses souffrances. Jésus sait qu’il est ce Serviteur souffrant : il rejoint ceux qui sont tombés sous les poids des insultes et des moqueries, il rejoint ceux qui sont à terre, abandonnés, malades, opprimés, enchaînés.
Nous avons la volonté d’aimer, nous voulons « servir » et « aimer en actes ». Nous devons apprendre à reconnaître dans les autres des frères et des sœurs. Nous devons apprendre à lutter contre la violence, source du péché. Christ est l’Emmanuel, Dieu avec nous ! Qu’il nous apprenne à rejoindre ceux qui sont dans l’inquiétude, dans la maladie et dans l’erreur.
Confions au Seigneur tous les malades, ceux qui les soignent et leurs familles.
Confions au Seigneur les personnes âgées et isolées.
Confions au Seigneur les personnes inquiètes en ces jours d’épidémie.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

4ème station Jésus rencontre sa mère
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

JPEG - 3.5 Mo

De l’évangile selon saint Jean 19,25-27. « Près de la croix de Jésus se tenaient debout sa mère, la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas et Marie de Magdala. Voyant ainsi sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa mère : « Femme, voici ton fils ». Il dit ensuite au disciple : « Voici ta mère ». Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui ».

La Vierge Marie marche sur le chemin qui conduit à la colline du Golgotha. Elle marche avec la foule, elle marche, obstinément, accompagnée par les femmes disciples du Christ. A ses cotés le plus jeune des disciples : c’est celui qui doit encore grandir dans la foi et la charité. A un moment Jésus et les soldats s’arrêtent ; Marie avance et se retrouve à la hauteur de Jésus. Dans son regard, elle transmet à Jésus toute sa force de vie, cette vie que Dieu lui a donnée. Et Jésus lui demande de prendre soin de ce jeune disciple, qui a besoin de grandir.
Nous aussi nous avons encore besoin de grandir. Nous avons un « amour passionné » de la vie, et nous souhaitons que notre vie soit rayonnante. Demandons au Seigneur son pardon, car plutôt que rayonner cet amour, nous avons préféré le confort et la facilité Mais le Christ est nous a confié à sa Mère très sainte. Que la prière de la Vierge Marie nous aide à grandir en humanité et en sainteté.
Confions au Seigneur les enfants privés d’éducation.
Confions au Seigneur les parents à la tâche si essentielle.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

5ème station Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

JPEG - 3.9 Mo

De l’évangile selon saint Luc 23,26. « Comme ils emmenaient Jésus, ils prirent un certain Simon de Cyrène qui venait de la campagne, et ils le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus ».

Simon est réquisitionné. C’est dangereux d’être là près des soldats et c’est compromettant de devoir aider ce condamné. Simon regarde Jésus, il observe ses réactions aux insultes, alors il se met à réfléchir et se souvient de ce qu’on disait de lui il y a quelques jours. Et c’est maintenant pour lui une gloire de participer à l’œuvre du Christ.
Nous avons choisi la vie scoute. A travers les activités et la progression Guide aînée, Dieu nous parle et nous invite nous « réaliser pleinement et répondre chaque jour à notre vocation ». Il y a bien des manières de réaliser sa vocation, mais il s’agit toujours de participer à la mission de Jésus. Demandons au Seigneur son pardon, car parfois nous avons négligé notre mission. Le Christ est le Maître, qu’il nous mette à nouveau à sa suite !
Confions au Seigneur ceux qui cherchent leur vocation.
Confions au Seigneur ceux qui, en ces jours d’inquiétude, se mettent au service des malades.
Demandons au Seigneur de nous mettre au service de ceux qui sont dans le besoin.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

6ème station Véronique essuie le visage de Jésus
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Jean 19,19 « Pilate avait rédigé un écriteau qu’il fit placer sur la croix ; il était écrit : Jésus le Nazaréen, roi des Juifs. »

JPEG - 3.2 Mo

Véronique est une des femmes qui accompagnent Jésus depuis la Galilée. Parmi les nombreux maîtres qui enseignent en Israël, Jésus est le seul à accueillir des femmes parmi ses disciples. Elle a écouté ses paraboles et ses discours, elle médité les signes qu’il accomplissait. Et, dans son cœur, elle a senti s’éveiller une source d’eau vive. Alors oui, cet écriteau dit vrai, elle le sait : Jésus est le roi des Juifs car il donne la vie. Alors elle s’approche et essuie le visage de Jésus, couvert de la sueur de la mort.
Le Christ est notre délivrance, il nous communique sa charité ! Que le Seigneur puisse être « à travers nous le feu qui réchauffe, qui rassure et qui guide ».
Confions au Seigneur toutes les femmes opprimées, méprisées et exploitées.
Confions au Seigneur ceux qui prennent soin des autres.
Que notre compassion ne se borne pas à nos proches,
que le Seigneur nous donne une compassion toujours plus grande.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

7ème station Jésus tombe une deuxième fois
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

Du livre du prophète Isaïe 53,11-12 « Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs fautes. C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, avec les puissants il partagera le butin, car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort ».

JPEG - 3.2 Mo

Jésus avance avec peine : seulement 600 mètres séparent le prétoire du Golgotha, mais chaque pas est douloureux. Jésus regarde devant lui, il regarde ses hommes et ses femmes à l’âme grise et racornie. Il tombe à terre. Il tombe comme le grain de blé tombe en terre. Il tombe avec amour. Il sait une chose avec certitude : que son Père donnera fécondité à son sacrifice d’amour. Que ces hommes et ces femmes seront justifiés, que son Père les lui donnera et qu’il les recevra comme des frères et sœurs.
Nous cherchons à reconnaître dans les autres « en ce qu’ils sont ce qu’ils peuvent devenir ». Le Christ a transformé notre cœur, changer est possible, alors nous aussi nous voulons aider les autres à avoir un cœur ouvert et bienveillant Le Christ est le Prince de la paix, qu’il nous aide à accompagner ceux qui nous sont confiés.
Confions au Seigneur ceux qui travaillent à établir des relations justes entre les hommes.
Demandons au Seigneur son pardon, car nous n’avons pas toujours été artisans de paix.
Que le Seigneur désarme nos cœurs violents et agressifs.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

8ème station Jésus console les femmes de Jérusalem
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Luc 23,28-32 « Jésus était suivi d’une grande multitude du peuple, entre autres de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Jésus se tourna vers les femmes et leur dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants. ».

JPEG - 3.6 Mo

Jésus voit ses femmes qui se lamentent sur lui. Alors il s’arrête. Il meurt pour leurs enfants, victimes de l’insouciance et du plaisir, de l’argent et de la faim. Il vient mettre en ce monde une source de vie. « Que vos larmes, O mères aimantes, lave vos enfants de la vulgarité du monde ; prenez mes larmes et qu’elles préservent vos enfants des attaques de l’Ennemi ! »
« Ce monde » nous invite à agir, pour que les plus fragiles y soient respectés dans leur dignité. Demandons au Seigneur la grâce de la prière et de l’éducation.
Prions pour tous les enfants victimes de l’injustice.
Confions au Seigneur les mamans isolées, fatiguées, dépassées, que le Seigneur veille sur elles !
O Seigneur, écoute et prends pitié !

9ème station Jésus tombe pour la troisième fois
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

JPEG - 3.3 Mo

Du livre du prophète Isaïe 49,4 « Et moi, je disais : Je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur, ma récompense, auprès de mon Dieu ».

Le découragement s’insinue dans le cœur de Jésus. Et si… et si tous ces efforts étaient inutiles, si ce sang était versé sans aucune utilité ? Mais Jésus se relève, plus fort dans sa fragilité, le Père a renouvelé son cœur.
Et si tous nos beaux efforts étaient vaincs ? Pouvons-nous vraiment changer ce monde ? A quoi bon ces engagements, ces services et ces discussions ? C’est vrai, sans l’Esprit du Christ, sans sa présence dans nos cœurs, tout est inutile. C’est pourquoi nous nous tournons vers Dieu : par sa grâce, « même le plus petit » de nos actes fait grandir sur cette terre le Royaume.
Confions au Seigneur ceux qui baissent les bras.
Pardonne-nous Seigneur car nous avons trop facilement abandonné le combat pour la paix.
Demandons au Seigneur de nous soutenir dans nos combats au service de ce monde.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

10ème station Jésus est dépouillé de ses vêtements
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Jean 19,23-24 « Les soldats prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une pour chacun. Restait la tunique, elle était sans couture, tissée d’une seule pièce depuis le haut. Les soldats se dirent entre eux : Ne la déchirons pas, tirons plutôt au sort ».

JPEG - 2.8 Mo

Les gardes lui ont pris jusqu’à ses vêtements. Mais Jésus cède facilement ses habits. C’est lui qui, avec le Père, a habillé l’univers de mille beautés. Cet univers, enlaidi par le péché, son amour va le revêtir d’une beauté nouvelle !
Le Seigneur vient renouveler la beauté de nos cœurs, il vient donner une beauté nouvelle à nos corps. Que son amour divin allume en nos âmes la flamme « de l’amour et de la vie offerte » !
Confions au Seigneur ceux qui doutent de leur capacité à aimer.
Que le Seigneur renouvelle nos cœurs, si nous n’avons pas respecté la beauté de l’amour. O Seigneur, écoute et prends pitié !

11ème station Jésus est cloué sur la croix
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

JPEG - 2.6 Mo

De l’évangile selon saint Luc 19,33 « Arrivé au lieu-dit le Crâne, ils y crucifièrent Jésus ainsi que les deux malfaiteurs, l’un à droite, et l’autre à gauche. Jésus disait : Père, pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ».

L’œuvre d’amour de Jésus culmine dans cette parole. Assoiffé, flagellé, torturé, Jésus trouve encore la force d’une parole, et cette parole est une parole de pardon.
Le Christ nous a pardonnés. Son amour a triomphé, notre cœur est purifié ! Il faut nous plonger dans ce pardon ; il nous faut le recevoir, il nous vivre de ce pardon divin : car seul ce pardon permet de vivre ensemble, dans nos communautés. Dieu nous veut vivant et rassemblés, que ce pardon animé notre cœur !
Confions au Seigneur notre pays, divisé et inquiet.
Confions au Seigneur toutes nos communautés, nos familles, nos feux, nos groupes d’amis ;
que le Seigneur pardonne nos divisions et nos jugements.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

12ème station Jésus meurt sur la croix
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Jean 19,28-30 « Sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : J’ai soif. Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : Tout est accompli. Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit ».

JPEG - 3.6 Mo

Le Christ vient de mourir. Le voile du sanctuaire se déchire et la terre tremble. Entrons dans ce grand silence qui règne maintenant sur la terre.

13ème station Jésus est descendu de la croix
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Jean 19,38-39 « Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus. Nicodème, celui qui, au début, était venu trouver Jésus pendant la nuit, vint lui aussi ; il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès pesant environ cent livres. ».

JPEG - 2.8 Mo

Jésus est entré dans l’obscurité la plus extrême, il est descendu dans les ténèbres les plus sombres de nos cœurs. Entrant dans la mort, il a rejoint nos cœurs morts et péchés, paralysés et muets, aveugles et idolâtres. Jésus est mort pour nous arracher à la mort. Joseph et Nicodème recueillent son corps. Et c’est une quantité démesurée de parfum qu’il apporte, une quantité extravagante, à la mesure de l’amour que le Christ nous a montré.
Que dans notre cœur s’élève une reconnaissance extrême. Le Fils de Dieu est mort pour moi. Son amour est immense, il m’a aimé jusqu’au bout, tout ce que je suis, avec mes petitesses et mes médiocrités. Demandons au Seigneur d’accueillir son amour libérateur.
Confions au Seigneur ceux qui ont perdu un être cher en ces jours terribles.
Confions au Seigneur ceux qui vivent sans espérance.
Que l’amour du Seigneur rejoigne ceux qui sans amour.
O Seigneur, écoute et prends pitié !

14ème station Le corps de Jésus est mis au tombeau
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
R/ Car tu as racheté le monde par ta sainte Croix

De l’évangile selon saint Jean 19,40-42 « Ils prirent donc le corps de Jésus, qu’ils lièrent de linges, en employant les aromates selon la coutume juive d’ensevelir les morts. À l’endroit où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin et, dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore déposé personne. À cause de la Préparation de la Pâque juive, et comme ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus. ».

JPEG - 2.7 Mo

Il est déposé dans le jardin, déposé au cœur de la terre. Grain de blé tombé en terre, le corps de Jésus repose dans une tombe. Tous rejoignent leur maison, il demeure seul dans ce jardin. Ils vont préparer la fête de la Pâque, lui va préparer le renouvellement de notre histoire.
Nous vivons dans un monde mondialisé, dans une frénésie d’activités et un flux d’informations continuel. Mais nous voulons vivre de « l’essentiel ». C’est Jésus qui nous le donne, en mettant au cœur de nos vies l’amour du Dieu vivant. Il nous suffit d’entrer dans la foi, d’accueillir humblement la Vérité et la Puissance du Créateur. Il est notre Sauveur !
Confions au Seigneur notre terre, théâtre d’une épidémie mondiale.
Confions au Seigneur nos vies, que nous sachions par sa grâce vivre de l’essentiel.
Demandons au Seigneur qu’il nous pardonne notre égoïsme et notre désinvolture.
Dieu nous veut vivant, Il nous donne son amour ! 

Samedi saint 11 avril 2020

Le samedi, les juifs doivent rester chez eux, pour vivre le sabbat : prier, se reposer, demeurer en présence de Dieu. Ce samedi terrible, les disciples de Jésus se cachent ; les femmes prient et attendent la fin du sabbat pour aller honorer la tombe de Jésus. La Vierge Marie reste chez elle. La Vierge Marie médite tous ces événements ; dans sa douleur immense, son cœur se tourne vers Dieu ; son cœur transpercé cherche la lumière. Elle attend la manifestation de Dieu, ce Dieu si bon, qui lui a confié Jésus pour qu’Il soit le Sauveur de tous les hommes. Elle attend dans la foi et l’espérance, car Dieu n’a pas fait la mort.

Chers lycéens et chers amis de l’aumônerie,
Je vous propose 5 intentions de prière, pour attendre avec Marie la Résurrection : elle écoute et confiera au Christ Jésus ceux qui ont besoin de sa puissance de vie. Vous pouvez dire une dizaine de Je vous salue Marie pour chaque intention.

1 Vierge Marie, nous te confions ceux que la mort a surpris pendant cette épidémie : les défunts et les familles soudainement en deuil : le Dieu leur donne d’entrer dans une vie nouvelle.

2 Vierge Marie, nous te confions tous ceux qui prennent soin des autres, par leur métier, dans leur famille ou simplement par une attention discrète et quotidienne.

3 Vierge Marie, nous te confions ceux qui doutent d’eux-mêmes, ceux qui hésitent sur leur orientation professionnelle, et surtout les jeunes qui n’ont pas découvert combien la vie est belle.

4 Vierge Marie, nous te notre avenir, nos études et notre travail, note manière de vivre l’amitié et le service, la prière et la mission ; que nous soyons Lumière dans ce monde ! Que le Seigneur fasse de nous, par la puissance de la Pâque, de vrais serviteurs de la joie et de la justice.

5 Vierge Marie, nous te confions ceux qui ont besoin de l’aide du Christ pour être délivrés d’une addiction, d’une inquiétude ou de l’égoïsme.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 7 - ANNEE LITURGIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC