Aumônerie catholique Janson de Sailly Delacroix

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens...

dimanche 19 janvier 2020

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Sommes-nous des travailleurs vivants de l’Evangile ?
Sous le grand soleil du Pacifique, c’étaient d’abord les chants qui montaient du temple de Paofai, les femmes en grande robe blanche, coiffées de larges chapeaux, et les hommes en costume, et ensuite la prédication, et au milieu de tous ces mots tahitiens, joyeux et fiers, j’entendais le nom de Jésus Christ ; et à l’église catholique de Punaauia, les robes éclataient de couleurs, les chants montaient vers Dieu, joyeux et vivants ; c’était la même foi, protestants et catholiques, vivants du Christ.
J’ai appris plus tard ce qui différencie la tradition catholique de l’élaboration protestante. Mais c’est en Ecosse que j’ai été saisi par le scandale de la division des chrétiens : dans les rues de la petite ville d’Inverness, les églises et les temples se côtoyaient de rue en rue, si nombreux pour une population si petite. Ce n’était plus la joie chrétienne que je voyais, mais une obstination et une division qu’aucun pardon n’avait su guérir.
En affichant ses thèses sur les portes de l’église du château de Wittenberg, Luther s’est dressé contre ceux qui prétendre par eux-mêmes rencontrer Dieu, accusant les catholiques d’un tel orgueil. Mais, explique Louis Bouyer, le catholicisme « c’est au contraire, selon le dernier mot de saint Jean de la Croix, le docteur mystique par excellence du catholicisme, l’affirmation du néant de tout ce qui est humain pour nous conduire à Dieu, mais devant la toute-suffisance et la toute-puissance du Dieu qui nous a parlé en Jésus-Christ pour nous conduire à lui par sa voie, qui est aussi celle par laquelle il est venu à nous : la Croix. Cependant la Croix, ce n’est pas seulement l’homme ramené à son néant de pécheur et de créature, c’est l’homme à travers ce néant, recréé par l’Esprit à l’image de Dieu pour une vie filiale vécue dans le propre et unique Fils de Dieu fait homme ». Ce grand théologien donne raison à Luther : il fallait dénoncer « les errements de la piété populaire » de son temps et rappeler que Dieu nous aime et nous sauve gratuitement. Mais, il le dit aussi, les chrétiens « appelés à être saints », renouvelés par la grâce, doivent travailler filialement le jardin qui leur a été confié.
Ensemble, nous pouvons déjà le faire. Ils sont nombreux les chrétiens de notre temps qui ont vécu du Christ et travaillé avec Lui. Sophie Scholl, protestante et martyr du nazisme, faisait partie de la Rose Blanche, ce groupe de résistants allemands. Nous pouvons la rejoindre pour lutter contre l’obscurcissement des consciences. Nous pouvons lire Alexandre Men, prêtre orthodoxe et martyr des soviétiques : il nous encourage à vivre radicalement la simplicité de l’Evangile.
Car que pouvons-nous faire ? Prier pour la réconciliation, étudier, dialoguer, fuir l’indifférence et le repli identitaire. Mais le Christ nous veut aussi avec lui serviteur vivant et laborieux. Mettons en pratique l’Evangile et à travers notre il fera parvenir son salut « jusqu’aux extrémités du monde ».


Portfolio

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 7 - ANNEE LITURGIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC