Aumônerie catholique Janson de Sailly Delacroix

Le pape et l’extraterrestre

mercredi 2 décembre 2015 par Abbé François-Xavier Desgrange

Ils surgissent dans la pénombre, ils sautent de leurs voitures et courent dans la forêt, des lampes torches à la main, le visage caché dans l’obscurité. La caméra s’arrête plusieurs fois sur les clés que ces hommes, des scientifiques et des policiers, portent à la ceinture. Mais ils ne mettent pas la main sur le petit être qui se terre au pied d’un arbre. Ils réussiront plus tard.
En 1982, Steven Spielberg réalise E.T. l’extra-terrestre. Le succès est immense. Spielberg raconte l’amitié entre Eliott, un petit garçon de 10 ans, et un vénérable extra-terrestre, une amitié qui sera plus forte que la mort. Mais pourquoi Spielberg a-t-il fait du vieil extra-terrestre un ami de la nature ? En effet le vaisseau d’E.T. s’est posé sur la terre pour lui permettre d’herboriser et de recueillir des plantes. Mais E.T. se tient à distance des humains : il rencontre Eliott uniquement parce qu’il est retard lorsque son vaisseau doit repartir. Mais la capacité de l’extra-terrestre à communier avec les êtres naturels le délivre de sa peur de l’homme.
Le regard sur la nature est fondateur de compréhension de l’homme. E.T. ne vient pas manipuler les plantes pour en extraire tout ce qui est possible par l’imposition de sa main. Il vient recevoir ce que les choses offrent elles-mêmes. Cette patience du cœur envers les choses est le fruit d’une grande intelligence, c’est-à-dire d’une grande humilité. Elle lui permet, quand il se retrouve prisonnier sur la terre, de reconnaître les trésors cachés dans le cœur d’un enfant d’une race dont il se méfiait.
Dans l’encyclique Laudato si le pape François ne se contente pas d’affirmer la gravité de la crise écologique et la responsabilité humaine dans son émergence. Il montre qu’elle s’enracine dans le regard technocratique que les hommes portent sur le monde : la puissance de la technique nous a conduits à considérer la nature comme un réservoir de ressources permettant une croissance infinie. C’est une illusion que seule la dureté de nos cœurs entretient. Le pape nous invite donc à changer de regard sur la nature. La grâce opère incessamment en nous une libération Il me semble que nous pouvons apprendre ce regard contemplatif et paisible sur la nature ; il nous délivrera d’un mode de vie prédateur et dépensier. Il permettra d’établir les nécessaires changements dans nos structures de développement. Ce regard est un regard de sagesse, celle du vieil extra-terrestre. Si comme lui nous portons un regard de paix sur le monde matériel, nous pourrons entrer dans une communion nouvelle avec nos prochains.

Père François-Xavier Desgrange


Portfolio

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 8 - EDITO DE L’AUMONIER   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC